L'interview "KiBiKiBi" de Françoise Parraud

L'interview "KiBiKiBi" de Françoise Parraud

24 mars 2017|Mots-clés : |
  • francoise-parraud

Toujours pleine d'idées, Françoise Parraud est la fondatrice de KiBiKiBi ("vif, alerte" en japonais), une maison d'édition numérique d'un nouveau genre. Elle revient avec nous sur ses projets, son parcours et son insatiable curiosité...

J’ai commencé mon métier en collant des Letraset

Un catalogue d'expo interactif, un dossier de presse sur smartphone, un projet de visite touristique avec les capteurs Beacon ....Depuis qu'on te connait, rien ne t'arrête ! D'où vient toute cette énergie et ces projets ?

ah ah ! peut-être que je suis un peu hyper active 😉 et je n’aime pas me sentir (trop vite) dépassée par la technologie (pour mémoire, j’ai commencé mon métier en collant des Letraset - Wikipédia vite, pour les plus jeunes !).

Je suis avant tout graphiste, j’adore l’édition imprimée et les beaux livres mais je pense qu’on peut apporter beaucoup grâce au numérique, que l’un ne va qu’enrichir l’autre et non pas le faire disparaitre. D’ailleurs j’ai lu que les gens qui lisent le plus de ebooks sont ceux qui lisent le plus de livres papiers…

Pourquoi cet intérêt autour des apps et de la création interactive ? Peux-tu nous raconter un peu ton parcours ?

J’ai été pendant plus de 20 ans directrice artistique free lance, d’abord dans le domaine du luxe et de la cosmétique, de l’art contemporain et pour l’édition de beaux livres, puis pendant une douzaine d’années pour le spectacle vivant aussi.

J’étais en charge de la communication visuelle pour des théâtres (la MC93 de Bobigny surtout) et j’avais une grande frustration qui était de ne pas pouvoir intégrer aux documents de communication le son et l’image animée de ces spectacles magnifiques que je voyais sur scène. C’était possible sur le site du théâtre mais pour ça il fallait être connecté… et les smartphones n’avaient pas encore gagné la place qu’ils occupent aujourd’hui.

J’ai entendu parlé de PandaSuite et j’ai plongé directement dans le bain.

Et puis – miracle – la Maison des Artistes a ouvert les droits à la formation pour les graphistes il y a 4 ans et j’ai sauté sur les stages en édition numérique à l’Ecole de l’images des Gobelins (DPS, Aquafadas, eBook etc). J’avais déjà tâté un peu du HTML/CSS via un MOOC histoire de comprendre au moins le principe… C’est au détour d’un cours aux Gobelins avec Cyril Ernou que j’ai entendu parlé de PandaSuite et j’ai plongé directement dans le bain.

Toutes tes apps sont diffusées en dehors des stores, via un hub. Pourquoi privilégier ce moyen de diffusion ? Quels sont les besoins de tes clients ?

Pourquoi ? Grâce à Apple ! Les échos que j’avais de la diffusion sur l’Appstore, les refus non justifiés, la « morale » omniprésente (difficile à concilier avec la création contemporaine) et le fait que je suis à la base une graphiste et pas développeur… ça a été un gros frein au départ, même dans l’idée que je pourrais créer des applis.

Mais maintenant c’est surtout parce que jusqu’à présent ma « cible » est relativement restreinte. Par exemple un dossier de presse imprimé (pour un spectacle, un film…) c’est entre 100 et 200 exemplaires grand maximum pour le genre de projet dont je m’occupe.

C’est en général un public très ciblé (journalistes, exploitants, critiques… amis aussi) et un lien via un hub fait parfaitement l’affaire. Et je considère « mon » hub (KiBiKiBi, disponible sur Apple et Google) comme une petite maison d’édition ou une librairie où on viendrait trouver des choses soignées et un peu à part (en tout cas c’est comme ça que je pense le développer).

sac la mort

Le dossier de presse du film "Sac La Mort"

Aujourd'hui, comme nous en parlions précédemment sur ce blog, il est encore difficile de parler d'application et de trouver le terme adéquat. Comment fais-tu pour "vendre" tes projets à tes prospects ?

Franchement, la première question c’est : « mais c’est quoi une appli ? » et la deuxième « en quoi ça me servirait plus qu’un livre imprimé ou un site web ? ». Dans le milieu culturel, à part les moins de 40 ans, la plupart ne s’en servent pas, ou juste d’applis très pratiques sur leur smartphone (SNCF, GoogleMaps, des choses comme ça).

Et finalement je constate que peu ont des tablettes, ils sont encore très « ordinateurs portables ». Je passe donc beaucoup de temps en explications, en démonstration, j’insiste pas mal sur les mises à jour instantanées (pas de ré impression, donc moins de frais).

no chronology

Appli créée à l’occasion de l’exposition « No Chronology » de Bernard Piffaretti (Berlin, avril 2016)

Pas besoin d’être développeur pour se lancer.

Sur quoi travailles-tu actuellement ?

Je suis en train de finaliser la version numérique pour tablette d’un livre de poésies et photographies que j’ai édité il y a quelques années. Humberto Ak’abal est un poète guatelmatèque qui écrit des sortes de haïkus magnifiques en langue maya (le kiché) et les traduit aussi en espagnol.

La simplicité du multilingue avec Panda est un grand plus pour moi, je peux être trilingue (kiché - espagnol - français) très facilement et grâce au module audio j’ai pu intégrer quelques lectures en langue originale et une rencontre avec le photographe lors de l’exposition à l’origine du livre. Les 2 versions (papier et numérique) sont donc parfaitement complémentaires.

Quel projet le plus fou souhaiterais-tu réaliser ?

Relier des bases de données images, textes, films, audio… entre elles avec des propositions d’interactivité pour que l’utilisateur crée sa propre histoire… à l’infini. Du numérique dadaïste quoi. J’aime bien l’idée de « se perdre » dans une appli (on ne peut pas trop le faire dans l’imprimé)

Quels conseils donnerais-tu à quelqu'un qui se lance aujourd'hui dans le développement d'application avec PandaSuite ?

« N’ayez pas peur ! » 😉

Pas besoin d’être développeur pour se lancer. L’interface parle bien aux graphistes. Par contre ne pas faire l’impasse sur la série des tutos dans l’ordre des difficultés. Et l’équipe Panda est hyper réactive pour vous aider.

Sinon, toujours essayer de réfléchir à ce que pourrait être une appli pour un projet donné, voir les avantages et les inconvénients par rapport à l’imprimé et ne pas hésiter à le proposer à votre client si la balance penche en faveur du numérique…

Merci Françoise, et encore merci pour les stylos Pandas ramenés du Japon 🙂

À propos de l'auteur :

Nicolas
Nicolas - Développeur & Capoeiriste Alsacien 🤸 Nous nous occupons de tout pour que vous vous concentriez uniquement sur l'expérience utilisateur. PandaSuite est un outil révolutionnaire pour créer du contenu interactif.